Solutions
previous

#Témoignage : De la restauration à la collecte de déchets médicaux une reconversion réussie !

Rencontre avec Karine Averty formatrice et chauffeur collecteur de déchets médicaux chez Séché Healthcare

17/04/2020

La collecte des déchets d’activités de soins est un secteur où l'on trouve encore peu de femmes mais qui accueille tous les gens motivés qui souhaitent apporter leur contribution aux professions de santé ! Le contexte COVID-19, en entrainant une forte augmentation des déchets à prendre en charge, ouvre de nouvelles perspectives professionnelles dans le secteur de la collecte de déchets et notamment des DASRI (déchets médicaux). Notre filiale spécialisée, Séché HealthCare, a ainsi repensé son organisation, et renforce ses équipes sur le terrain.

Bonjour Karine, depuis combien de temps es-tu chez Séché HealthCare ? 

J’ai intégré les équipes Séché HealthCare en janvier 2019. Auparavant je travaillais dans le secteur de la restauration. 

Comment as-tu abordé ta reconversion ? 

Depuis toujours j'aime la conduite, c'est pour cela que je me suis naturellement tournée vers une formation de permis poids lourd. Une fois le permis passé j'ai d'abord travaillé dans la livraison de fleurs, puis dans le secteur des travaux publics. Mais cette dernière expérience ne m'a pas du tout plu. Trop statique. J'ai besoin que ça bouge !

C'est pour cela que le métier de collecteur de déchets médicaux me convient ; on bouge, on rencontre les clients et on conduit !   

En quelques mots ton métier, ton état d'esprit et ta place en tant que femme ? 

Effectivement je suis la seule femme de l'équipe mais l'ambiance est très bonne, je n'ai jamais eu de problème et puis j'ai l'habitude de travailler au sein d’équipes masculines ! Parfois ce sont les clients qui sont étonnés de voir une femme faire ce travail. Bien sûr, cet étonnement est bienveillant, et toujours accompagné d'une gentille attention.

Il faut bien avoir à l’esprit que c'est un métier qui demande de la force de caractère et qui reste physique. Et ce, même si nous avons des techniques et des bonnes pratiques que l'on se transmet entre collègues lors des formations.  Au quotidien, je connais bien les limites. Par exemple, si c'est trop lourd quand je pousse le bac, cela veut dire qu'il est au-dessus des poids réglementaires, donc je refuse le bac.

Comment est rythmée ta journée ? 

Je suis plutôt du matin donc j'arrive sur site à 5h, ça me convient bien ! Une fois la fiche de tournées en poche et les vérifications sur le camion faites, je pars récupérer les bacs de déchets chez les clients. 
C'est un métier qui me plait car j'ai réellement le sentiment d'être utile et encore plus en cette période.

Tu es aussi formatrice, quels sont les types de conseils que tu prodigues aux nouveaux arrivants ? 

C'est un métier exigeant et qui demande une très bonne condition physique. Donc après leur avoir enseigner le socle de base du métier et de la sécurité, je leur donne des conseils pour qu'ils ne se fatiguent pas trop vite, qu'ils aient les bons gestes efficaces sans se faire mal.

Pour compléter les propos de Karine, il est rappelé que les salariés dédiés à la gestion des DASRI sont spécialement formés aux risques inhérents à la nature des déchets qu’ils sont amenés à gérer et à prendre en charge. Les procédures, EPI (masques, gel hydro-alcoolique, lingettes de nettoyage, gants et combinaisons jetables…)  et modes opératoires ont été renforcés dans le cadre du COVID-19, afin de prévenir tout risque de contamination des équipes. 
Ces consignes sont appliquées de manière rigoureuse, l’ensemble des équipes ayant conscience de leur importance dans l’exercice de leurs activités.

 

Contact Ressources Humaines : a.chatelet@groupe-seche.com

Contact Commercial : contactSHC@groupe-seche.com

Séché HealtCare