Solutions
previous

#COVID19 | DASRI

L’expertise Séché aux côtés des professions de santé pour la gestion des DASRI

07/04/2020

La crise sanitaire que nous vivons vient nous rappeler le caractère clé des missions de Séché Environnement pour l’intérêt général de la nation. Son rôle est particulièrement fondamental pour la collecte et la destruction des déchets contaminés ou potentiellement contaminés par le COVID 19, mais aussi le maintien de la prise en charge des déchets issus plus largement des activités de soins. Face à ce défi sanitaire, la mobilisation des équipes en charge de la prise en charge des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux est totale. Les collaborateurs des différentes filiales, forts de leur expérience, viennent en soutien des professionnels de santé en apportant des solutions depuis la collecte jusqu’au traitement. Cet engagement individuel et ce sens des responsabilités sont les forces de Séché Environnement.

Plans de Continuité d’Activité : des équipes organisées face à la crise  
 
 
Dès le niveau 3 de l’épidémie déclaré par l’état Français, la cellule de crise interne de Séché Environnement a activé les Plans de Continuité d’Activité (PCA) des filiales et sites considérés comme stratégiques dans la lutte contre le COVID 19 ; il s’agit notamment des installations impliquées dans le traitement des ordures ménagères et des Déchets d’Activités de Soin à Risque Infectieux (DASRI), priorités de service à rendre aux populations.  
 
Plus récemment, c’est aussi la prise en charge des déchets industriels issus de la chimie et de la production pharmaceutique qui a été reconnue comme élément essentiel dans le contexte actuel.  
 
 
 
Les organisations mises en œuvre dans le cadre de ces PCA résultent d’une analyse approfondie des missions des sites, des priorités et contraintes locales mais aussi bien sûr des risques, avec pour objectifs de :  
 
Maintenir les activités de service public ou déclarées essentielles ; 
 
Intégrer l’absentéisme du personnel lié à la pandémie/épidémie ; 
 
Réorganiser les échanges avec les entreprises extérieures afin de réduire les risques de contamination. 
 
 
 
 
Des synergies humaines et industrielles au service des établissements de soin 
 
 
Séché Environnement peut s’appuyer sur le maillage formé par l’implantation de ses filières de traitement sur l’ensemble du territoire national. Cet ancrage local fort lui permet de garantir une prise en charge et un traitement des déchets au plus près de leur lieu de production. 
 
Les déchets issus de patients infectés, ou suspectés d’être infectés par le COVID 19, produits par les établissements de santé et par les professionnels prodiguant des soins à domicile doivent être éliminés dans les meilleurs délais selon la filière des DASRI. Ils doivent ainsi être traités par incinération ou subir un prétraitement par désinfection.  
 
 
 
Séché Environnement a la capacité technique et opérationnelle de mettre en œuvre un dispositif complet, permettant de couvrir l'intégralité des processus de gestion et de traitement des DASRI dans le respect des règlementations issues du Code de l’environnement et du Code de la santé publique. Nos équipes interviennent depuis la mise à disposition de contenants spécifiques permettant une collecte en camions spécialement adaptés, jusqu’à l'élimination des DASRI en centres de traitement dédiés et agréés.  
 
 
 
Les personnels spécifiquement formés des filiales Séché Healthcare, Trédi et Alcea,  garantissent une maîtrise de l'hygiène et de la sécurité pour l'ensemble des étapes de prise en charge. Face à la pandémie du virus COVID19, certaines consignes de prise en charge des DASRI ont été cependant renforcées. 
 
 
 
Une mobilisation collective s’est par ailleurs mise en place au sein de Séché, l’entraide s’organisant entre les filiales pour venir consolider les synergies opérationnelles permises par la complémentarité des métiers du Groupe.  
 
L’implication des collaborateurs du groupe a permis, par exemple, de mobiliser et former plusieurs chauffeurs à la spécificité de la collecte des DASRI, venant ainsi renforcer les équipes de la filiale Séché Healthcare.  
 
 
 
Prévenir les risques d’exposition des équipes : un enjeu majeur 
 
 
Les salariés potentiellement en contact avec les DASRI et les ordures ménagères, opérateurs de collecte, chauffeurs, salariés des unités de traitement (y-compris les agents de maintenance pouvant intervenir sur du matériel dans les zones dédiées au traitement des DASRI) sont spécialement formés à la prise en charge des déchets de soin.  
 
 
 
Dès le début de l’épisode de pandémie infectieuse, ils ont été associés et ont reçu une information spécifique sur le sujet Virus COVID 19, ainsi que des consignes renforcées à mettre en œuvre pour garantir leur sécurité et prévenir les risques de contamination.  
 
Les mesures de prévention et d’hygiène complémentaires ont ainsi été établies en intégrant le principe de précaution et la spécificité du virus : 
 
Mise à disposition d’Equipements de Protection Individuelle adaptés rendus obligatoires dans les halls de réception des déchets issus des établissements de soins gérant des patients infectés par le COVID 19 : masques, gel hydro-alcoolique, lingettes de nettoyage ;  
 
Gants et combinaisons jetables lunettes couvrantes pour les situations jugées parfois critiques. 
 
Consignes de gestion des EPI (Equipements de Protection Individuelle) usagés 
 
Consignes élémentaires d’hygiène et gestes barrière systématiques et renforcés 
 
Réception des DASRI dans des zones balisées interdites à toute personne non habilitée  
 
Traitement des déchets infectés par le COVID 19 en priorité (éventuellement stockés temporairement en attente dans un local dédié soumis à désinfection) 
 
Traçabilité renforcée dans les centres de traitement :  un superviseur prend note et trace tous les intervenants et toutes les opérations.  
 
Renforcement des dispositions préventives telles que : comment faire en cas de rupture éventuelle de conditionnement ? que faire de plus en cas de maintenance ou de risque de contact direct avec de tels déchets ? 
 
Consignes en cas de symptômes grippaux ou assimilés ; le maintien à domicile des personnes atteintes ou suspectées est la règle. 
 
 
 
 
 
L’expertise Séché : des solutions rigoureuses et éprouvées pour la collecte et le traitement des DASRI 
 
 
La législation rend obligatoire l’élimination des DASRI selon des normes strictes, impliquant notamment de les séparer dans des contenants rigides correctement fermés et propres, de les collecter dans des véhicules spécialisés et de les traiter dans des centres spécialisés. 
 
 
 
La collecte des DASRI
 
 
La collecte est assurée par la filiale Séché Healthcare qui dispose de 4 agences sur le territoire national et d’une flotte de camions spécialement équipés. 
 
Séché Healthcare assure la collecte des DASRI aussi bien pour des volumes diffus auprès des professions libérales que pour des volumes importants collectés dans les centres hospitaliers ou établissements de soins spécialisés. Séché HealthCare apporte ainsi son expertise à près de : 
 
•    100 Centres Hospitaliers ou cliniques 
 
•    environ 160 EHPAD  
 
•    plus de 4 000 professionnels de santé 
 
 
 
Les DASRI sont règlementairement conditionnés dans des récipients étanches et résistants, constituant une barrière physique contre les organismes pathogènes.  Leur qualité et le respect d’un conditionnement correct sont la garantie de la sécurité des personnes susceptibles d’être exposées tout au long de la filière d'élimination.  Ces récipients à usage unique sont incinérables, et identifiés par un marquage apparent indiquant la nature des déchets et leur provenance.  
 
Des containers roulants clos, à fond étanche en plastique rigide sont ensuite utilisés pour la manutention et le transport de ces colis unitaires, préservant ainsi leur intégrité et donc leur innocuité jusqu'à leur introduction dans le four en vue de leur incinération ou de leur banalisation.  
 
Une totale traçabilité est assurée grâce aux codes-barres apposés sur les containers permettant de suivre les DASRI depuis leur prise en charge jusqu’au centre de traitement.  Ils seront scannés plusieurs fois sur l’ensemble de la prestation. 
 
 
 
Le traitement des DASRI
Pour éliminer les DASRI en toute sécurité, deux modes de traitement s’offrent aux établissements de soin : l’incinération et le pré-traitement par banalisation.  
 
L’incinération permet d’éliminer les DASRI au sein d’installations autorisées, où les DASRI sont traités en complément de déchets industriels et/ou de déchets ménagers.  
 
Le pré-traitement par banalisation consiste à désinfecter les déchets, soit à la vapeur, soit par un traitement micro-ondes. Les DASRI ainsi débarrassés de leur potentiel pathogène deviennent des « déchets banals », et peuvent alors être acheminés vers une filière de traitement de déchets non dangereux. 
 
 
 
Afin de répondre aux besoins sur le territoire national, et en particulier en milieu rural souvent dépourvus en incinérateur, la filiale Séché Healthcare s’est dotée de quatre sites de banalisation, à Fleuré (86), Saint-Gilles (35), Pau (64) et en Guadeloupe. La banalisation présente ainsi l’avantage de désenclaver les structures de santé dans les territoires ruraux en neutralisant le risque infectieux au plus près de la production des déchets de soins.  
 
 
 
Près des métropoles, Séché dispose de sites d’incinération agréés pour le traitement des DASRI : ALCEA à Nantes (44) spécialisé dans le traitement des déchets non dangereux, ainsi que les centres d’incinération de déchets dangereux de la filiale TREDI à Strasbourg (67) et TREDI à Salaise-sur-Sanne (38). 
 
Toutes ces filières, dont l’expertise est reconnue depuis de nombreuses années, répondent à leur mission d’intérêt général en assurant le traitement des déchets issus des établissements de soins en charge de la gestion des patients COVID 19. 
 
 
 
La banalisation
La banalisation s’effectue obligatoirement avec des machines homologuées par le Ministère de la Santé. Sur le site Séché HealthCare à Saint Gilles (35), une première étape consiste à broyer les déchets ; les broyats sont ensuite traités par micro-ondes à une température de 100°C pendant une heure, pour destruction de tous les micro-organismes. 
 
 
 
En fin de cycle les déchets banalisés, assimilés à de l’ordure ménagère, sont recueillis dans une benne compactrice puis envoyés en traitement final vers un site de traitement de déchets non dangereux.    
 
Les containers vides sont lavés et désinfectés, dans une laveuse dont l’efficacité est régulièrement contrôlée. Des contrôles mensuels de qualité bactériologique des eaux de lavage sont également réalisés par des laboratoires externes agréés. Les paramètres de fonctionnement des installations sont contrôlés en continu. 
 
Les containers passent chaque étape du traitement en suivant un processus strict interdisant tout retour en arrière. 
 
Le suivi de la traçabilité des déchets est assuré via un système de code-barres permettant de scanner les containers à chaque étape du process : lors de la pesée, avant le traitement, au poste de nettoyage et de désinfection, et à leur sortie du site pour identifier leur destination.  
 
 
 
L'incinération :
Les containers roulants utilisés pour le transport des récipients de collecte des DASRI sont réceptionnés dans des halls couverts, divisés en deux zones, l’une étant destinée à la réception et au stockage des déchets en attente de traitement, l’autre au stockage des containers vides, lavés et désinfectés en attente de reprise.  
 
Un contrôle administratif et visuel est effectué sur chaque container à réception, afin de vérifier leur conformité et de garantir leur prise en charge en toute sécurité par les opérateurs. 
 
Chaque container est tracé par saisie informatique sur un écran tactile avant d’être pesé, puis de passer devant une borne de détection de radioactivité. Le suivi de la traçabilité des déchets est assuré via un système de code-barres permettant d’identifier le producteur et l’apporteur des déchets. 
 
Les DASRI sont ensuite traités dans leur ordre d’arrivée sur des chaines de traitement qui sont, selon les sites, en partie ou totalement automatisées. La préhension des containers et le déchargement de leur contenu dans les fours est assurée par des élévateurs. 
 
L’incinération se fait dans des fours, maintenus à une température règlementaire, avec une attention particulière au niveau de la chambre de post combustion où elle doit être supérieure à 850°C. Les performances des installations et les équipements associés, ainsi que la conformité des émissions sont contrôlés en continu et suivis sur des écrans de contrôle 24/24H et 7 /7 jours. 
 
 
 
Après déversement de leur contenu dans la trémie du four, les containers sont redescendus, puis lavés à haute pression dans des laveuses automatiques, et désinfectés avant d’être remis à disposition. Ces laveuses sont nettoyées et entretenues régulièrement.  
 
Afin de vérifier la bonne désinfection des containers, des organismes externes effectuent régulièrement des contrôles de la flore totale avant et après lavage ainsi que des contrôles de l’entartrage des laveuses. Des contrôles mensuels de qualité bactériologique des eaux de lavage sont également réalisés par des laboratoires externes agréés.      
 
Des contrôles de qualité du lavage sont aussi effectués au quotidien par le personnel.